Pub Evénéments

WILL.COM SARL communément appelé WILL TELECOM est une société burkinabé spécialisée dans la vente et (...) suite...
PUB PROMOTION

[
Logiciels piratés : bénéficiez d’une offre exceptionnelle de régulation]

EZIF Ouaga


L’établissement Zoungrana Issa et Frères EZIF est un établissement spécialisé dans la vente de motos (...) suite...
évènement


Institut de Formation Colbert Année académique 2011/2012 Brevet de Technicien Supérieur Diplôme (...) suite...

Photo de la semaine


voici ce qui reste de l’avion air Algerie après le crash. suite...
Nos dossiers

* Le Burkina Faso en 2012 : Que nous réserve la suite de l’année ?

* IFC : le CAMES n’a pas vocation de reconnaître une école

* Tertius Zongo aux étudiants : la réussite a un prix à payer

_ *SAGA MUSIQUE, SMARTY : Et enfin des mots sortirent de la bouche de la carpe.

* La mort tape à la porte d’Akissi delta va-t-elle ouvrir ?

* On ne verra plus Marie Laure

Presse Partenaire

 

Les éditions Faso Actu, votre quotidien en ligne sur le www.faso-actu.net est à l’Immeuble BOA koulouba 2é étage ; avenue Président Sangoule Lamizana. Bureau : 00226 50 50 91 92/ cel : 00226 70 01 34 94/ Ouagadougou BF/ fasoactu yahoo.fr/ e-mail : info faso-actu.net


Les rebelles touaregs à la conquete du Nord du Mali

La situation du mali devient fort embarrassante , comme s’il ne suffisait pas de lutter contre le terrorisme qui sévit le pays, l’armée malienne doit encore affronter d’autres assaillants qui veulent s’emparer du nord du pays à tout prix. Les rebelles touaregs, puisqu’il s’agit d’eux se livrent depuis quelques temps a une attaque armée contre l’armée malienne dans le but de prendre possession des villes du nord telles que Ménaka Aguelhok Tessalit.

Les rebelles touaregs, revenus de la Libye où ils combattaient au coté du guide libyen, déchu et tué l’an dernier sont appuyés dans leur action par le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) qui est un mouvement politico-militaire né en fin 2011 de la fusion de groupes rebelles, dont le Mouvement touareg du Nord-Mali (MTNM).
Depuis le début des combats les rebelles ne cessent de semer le trouble et la désolation de façon incessante d’autant plus qu’ils sont en possession d’armes lourdes surement apportées de la Libye. On se pose la question de savoir si l’armée malienne pourra venir à bout de ces rebelles même si selon les dernières nouvelles les villes d’Aguelhoc, de Ménaka et de Tessalit sont sous contrôle de l’armée malienne.
Peut être que ce n’est qu’une bataille que l’armée malienne a arraché mais pas la guerre car il est clair que ces rebelles ne s’arrêteront pas de si bon chemin.

On se rappelle que les rebelles touaregs avaient entamé à partir de novembre 1994 un dialogue prometteur avec les autorités maliennes qui a abouti a une série d’accords de paix en 1995. Selon les accords, les différents Fronts touaregs cesseraient aussi leurs luttes fratricides.

Plus de 500.000 touaregs dans le pays de ATT

Répartis sur d’immenses territoires, les Touaregs n’en ont pas moins conservé un fort sentiment d’appartenance communautaire. Celui-ci repose en tout premier lieu sur la langue, le tamasheq, écrite dans un alphabet particulier, le tifinagh. L’autre facteur d’unité est incarné par l’islam. Il est pratiqué par les Touaregs de manière très tempérée et accorde une large place aux femmes au sein d’une société qui, par ailleurs, pratique la monogamie et la filiation matrilinéaire. Mais l’unité découlant de la langue et de la religion ne doit pas occulter l’existence d’une multitude de segmentations tribale, sociale et ethnique, donnant à la société touarègue un aspect fortement hiérarchisé et composite.

La situation est telle que le Mali n’est pas le seul concerné ou pourrait ne plus être le seul concerné, les touaregs, il y en a dans plusieurs pays comme le Burkina Faso, la Libye, l’Algérie, le Mali avec plus de 500.000 touaregs et le Niger.
Tous ces pays, surtout les voisins du Mali peuvent également être touchés d’où la nécessité de se rassembler pour les combattre.
Là aussi le choix n’est pas pas facile car cela est une déclaration de guerre à quelqu’un qui ne vous a pas agresser mais li va falloir peut être le faire par mesure de prévention et en aide au Mali au nom du voisinage ou/et de la fraternité.
Ne dit on pas que prévenir vaut mieux que guérir ?

Pour l’heure le bilan est mitigé du coté des rebelles. Dans les villes de Aguelhok et Tessalit où les combats ont fait rage, on dénombre 47 morts dont 45 rebelles et deux soldats, selon le ministère malien de la Défense. De nombreux blessés ont également été enregistrés des deux camps.

Delphine TIENDREBEOGO


Publicité

Forum
samedi 26 juillet 2014
Par LASSANE OUEDRAOGO

Toute mes condoléances pour notre cher ami Cesar il restera marquer longtemps dans nos (...) suite...
Newsletter
Adresse email :  
Inscription
Désinscription

centre culturel islamique AEEMB


Citation de la semaine

La colère est comme un feu qui couve. Quiconque la retient l’éteint, et quiconque la lâche se brûle en premier

Retro actu du mois

BISSA GOLD : LE COUP DE MAITRE DANS LE SOCIAL lire la suite



L’agence Baitoul Maal de Ziniaré est fonctionnelle
lire la suite

ZOOM SUR

Madame TRAORE Alima Déborah, Médiateur du Faso depuis 2011

Madame TRAORE est juriste, diplômée de Droit public de l’Université d’Orléans en
France où elle a étudié le droit public appliqué à la gestion des collectivités locales,
aux rapports entre l’Administration publique et les administrés.
Elle est également lire la suite

Copyright Faso Actu